Bilan # albums 2017 (5 -> 1)

 

5.  The Holiday Crowd – The Holiday Crowd

Une ode à la pop britannique des années 80 , des Smiths à Orange Juice en passant par Aztec Camera ou les Pale Fountains , voici ce que propose les Canadiens pour leur second album. Outre la forme qui séduira les nostalgiques , les  Holiday Crowd n’ont pas oublié d’écrire de vrais  chansons ( Bellamy , superbe ballade bossa ) et l’album contient son lot de mélodies réjouissantes et irrésistibles (Another nite , Cheer up , After the long dash pour ne citer qu’elles) . Alors certes , The Holiday Crowd regardent dans le rétroviseur et l’ensemble pourrait passer pour un exercice de style sentant le renfermé mais ça n’est pas le cas . Imran Haniff et ses complices insufflent fraîcheur et passion à leurs chansons ce qui les rend d’autant plus attachantes.

Titres favoris : Another nite / Cheer up / After the long dash / Bellamy

 

4 – 49 Swimming Pools – How the wild calls to me

Le 4ème album d’Emmanuel Tellier et de ses compères est sans doute le plus personnel et le plus attachant . Avec How wild calls to me , 49 SP nous emmène sur les traces Everett Ruess , jeune artiste et aventurier américain disparu mystérieusement dans le sud de L’Utah en 1934. Ce disque s’écoute donc du début à la fin comme on lirait un roman d’aventure (On pense évidemment à Jack London ou au jeune héros de Into the wild). Ce disque est une réussite en ce qu’il parvient  à nous immerger totalement dans le monde d’Everett  et à nous faire partager toutes les émotions des personnages de l’histoire ( Everett lui-même , ses parents , le frère Waldo )  alternant les morceaux  intimistes et émouvants  ou et les titres plus pop et superbement orchestrés tel le morceau-titre  (ah cette trompette !) , sans doute une des  plus belles chansons écrites par Emmanuel depuis le début de sa longue carrière . Outre le disque , et une adaptation théâtrale , How the wild calls to me fera également l’objet d’un documentaire prévu pour 2018. On n’a pas fini de répondre à l’appel la nature sauvage.

Titres favoris : How the wild calls to me / Have you seen our son ? / The letters , 1934 / It’s a long way home

 

 

3. Michael Head & The Red Elastic Band – Adios Senior Pussycat

Un album en forme de retour miraculeux pour l’immense Michael Head ! On avait déjà reçu quelques très belles  nouvelles encourageantes en 2013 (le ep Artorius revisited) et 2015 (le 2 titre Velvets in the dark/ Koala bears) et le revoici enfin sur long format . Inespéré . Les « pseudo meilleurs songwriters (d’Angleterre voire du monde) autoproclamés » peuvent aller se rhabiller (le père Noel , en tête ). Michael revient donc , débarrassé de ses addictions , la plume et le corps affûtés pour un album d’une grande beauté , apaisé , serein . La voix , intacte , sincère , la beauté des mélodies , la finesse des arrangements (cordes et cuivres du plus bel effet) sont au rendez-vous pour constituer une grande et belle oeuvre . Welcome back Senior Michael .

Titres favoris : Overjoyed / Winter turns to springs / Josephine / Rumer

 

2. Alvvays – Antisocialites

En 2014 , beaucoup tombaient sous le charme du premier album éponyme d’ Alvvays et de sa pop à guitare sucrée salée.  Avec Antisocialites , le charme n’est pas rompu loin s’en faut . Alvvays a gagné en maturité mais leur musique n’a rien perdu de sa candeur  , le son s’est étoffé , le propos est plus varié mais sans jamais se désunir.   Il faut dire que les Canadiens ont  le chic pour sortir des chansons qui m’obsèdent  , c’était le cas pour Archie marry me en 2014 , c’est le cas pour Dream Tonight cette année , la faute à une mélodie et un  refrain brise-coeur ( « If i saw you on the street, would i have you in my dreams tonight , tonight ? » …) et à la voix à la fois grave et ingénue de la jolie Molly.    Antisocialites recèle en outre  d’autres petites merveilles dans la même veine dream pop (Undertow , Not my baby , Saved by a waif , ) et séduisent tout autant  lorsqu’ils accélèrent le rythme  ( les  fougueux Plimsoul Punk , your type ou le sucré Lollipop (Ode to Jim)). Grand disque pop !

Titres favoris : Dreams tonight / In undertow / Not my baby / Forget about life

 

1. Brent Cash – The new high

THE NEW HIGH , le titre de l’album est loin d’être galvaudé tant ces chansons brillent haut dans le firmament pop : la production, le chant  et l’instrumentation sont juste parfaits  ,   et l’album recelle un trésor  de mélodies merveilleusement écrites et d’une classe folle.

Difficile de citer un titre en particulier tant chaque morceau constitue un ravissement pour l’oreille :  le lumineux OUT OF BLOOD  , le badin THE WRONG THING (qui nous invite à faire des claquettes sur un violon impromptu) , le parfait EVERY INFLECTION ,  le réjouissant DIM LIGHT et ses flutiaux , l’irresistible et délicat EDGE OF AUTUMN  et que dire de l’immense  THE WAY YOU WERE ( ma préférée peut-être , mon La La Land à moi ) … L’album se clôt par une très jolie ballade « Perfection comes near » , à mon humble avis , avec The New High ,  elle est largement  atteinte.

Titres favoris : Out for blood / Every inflection / The way you were / Edge of autumn et tant d’autres …

Publicités

Bilan# Albums 2017 (10 –> 6 )

 

10 – The Clientele – Music for the age for miracles

Un retour magistral après 7 ans de quasi-silence pour la formation d’Alasdair McLean ! Cet album est une petite merveille de pop baroque baigné de doux psychédélisme et paré des plus beaux atours : clavecin , cordes et cuivres viennent magnifier des mélodies délicatement ciselées . Un retour miraculeux.

Titres favoris : The neighbour /Everything you see tonight is different from itself /Everyone you meet / The age of miracles

 

9 – The Luxembourg Signal – Blue Field

Après le sublime single avant coureur Laura Palmer , le second album de The Luxembourg Signal (composé entre autres d’ex-Aberdeen et Trembling Blue Stars) était attendu au tournant . Il tient toutes ses promesses à commencer par Blue Field , brillant titre éponyme et Fall feeling sur lequel on entend une voix familière pour les fan des Field Mice.  Outre les références à l’écurie Sarah Records , on y retrouve des titres baignés d’ambiances cold wave / new wave  qui forment un grand disque de dream pop à la beauté sombre et  froide .

Titres favoris : Laura Palmer / Blue Field / Fall feeling / There’s nothing more beautiful than a well-made machine.

 

8 – Shout Out Louds – Easy my mind

Retour quasi parfait pour les Suédois qui , après un break de 4 ans , semblent avoir gagné en maturité et en sérénité. On se laisse agréablement porter par ces mélodies douce amer et  rêveuses. Le tandem vocal Adam Olenius / Bebbam Stenborg fonctionne à merveille et on s’envole parfois très haut comme sur les magnifiques Jumbo jet et Throw some light pour au final atterrir tout en douceur avec le très beau Souvenir . Planant …

Titres favoris : Jumbo jet / Throw some light / Oh Oh / Paola …

 

7 – Dent May – Across the Multiverse

J’avais adoré le Dent May des débuts et son yukulélé , un peu moins lorsqu’il s’est      mis à utiliser  des machines.   Pour son 4ème album , point de yukulélé , point de machine mais un disque merveilleusement écrit et orchestré recelant de petits bijoux (sunshine ) pop ! Sans doute le meilleur remède de l’année écoulée contre la morosité ambiante .

Titres favoris : Across the multiverse / Picture on a screen / Face down in the gutter of love / Hello cruel world

 

6 – The Soap Opera – Ready to hatch

La très belle surprise de cette fin d’année ! Les Rennais de The Soap Opera ont surgi tels des zébulons pop avec un album réjouissant qui ne quitte pas ma platine ! Des mélodies imparables au charme désarmant émaillent ce Ready to hatch , revisitant le meilleur de l’indiepop des années 80 / 90 avec une facilité déconcertante . L’oeuf a maintenant éclos , reste plus qu’à voir The Soap Opera grandir …

Titres favoris : Unspeakable / The saddle of the feather / Bad reputation /  No Hullabaloo ..

 

Bilan# Albums 2017 (15 –>11 )

 

15 – Phoenix – Ti amo

Le 6ème album des Versaillais est une ode à l’hédonisme , au romantisme et à la dolce vita sur fond d’Italo-disco et de pop solaire . Un disque à écouter en sirotant un Bellini sur une terrasse de café à l’heure du passaggio ou en roulant  en cabriolet pour une virée sur la Riviera italienne .

Titres favoris : Lovelife / Ti amo / Telefono / Fior di latte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14 – Bmx Bandits – Forever

Duglas T. Stewart et ses Bmx Bandits font parti de ces artistes extrêmement   attachants que l’on suit comme de vieux amis  ( de presque 30 ans aujourd’hui)  . Sur ce nouvel album , il y a beaucoup d’amour et de tendresse , des mélodies un brin candides (L’artiste écossais a su resté un grand enfant et c’est ce qui fait son charme) qui (re)donnent le sourire et qui font beaucoup de bien .

Titres favoris :My girl Midge /Save our smiles / It’s in her eyes / Razorblades & honey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13 – British Sea Power –  Let the dancers inherit the party

À la première écoute de ce nouvel opus des bien nommés British Sea Power  , j’avoue avoir éprouvé un moment de doute , la faute à une production un peu trop présente  . Il y a toujours eu un côté épique dans leur musique sans pour autant tomber dans l’emphase car toujours jouée avec beaucoup d’élégance , comme le faisait si bien Echo and the Bunnymen. Allaient-ils cette fois basculer du côté obscur de la force ? Allaient-ils se Simple Mindiser ou se U2-iser ??    Et bien , non ! Certes le son se veut plus ample et plus dense mais la qualité des compositions reste omniprésente et on se laisse volontiers emporter par ces lames mélodiques tel le  formidable Praise for whatever  ( jouissif à partir de 3 min 30 ) ou les tubesques Keep on trying et Bad Bohemian.

Titres favoris : Praise for whatever / Keep on trying (Sechs freunde) / Bad bohemian / What you’re doing

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 – Cigarette After Sex – Cigarette After Sex

Avec les magnifiques K et Apocalypse ,les New Yorkais avaient affolé la toile au cours des mois précédent la sortie de l’album. Ce dernier , long en bouche , se révèle au fil des écoutes et se montre au final très addictif. Un long rêve hypnotique à la beauté sombre et vénéneuse sublimé par la voix androgyne de Greg  Gonzales. Envoûtant …

Titres favoris : Apocalypse / K / Sunsetz / Sweet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11- Rat Columns – Candle power

Un des albums qui aura illuminé mon année indie pop ! David West alias Rat Columns y montre ses multiples talents aussi bien au niveau des compositions que des arrangements , explorant  la pop sous de multiples facettes . Mentions spéciales pour les irrésistibles Someone else’s dream et She loves the rain , aux allures de mini-classiques , le très attachant Is it really what you’re like ? et le mélancolique et synthétique Dream tonight , véritable morceau de bravoure de l’album.

Titres favoris : Someone else’s deam / She loves the rain / Dream tonight / Is it really what you’re like ?