5.  The Holiday Crowd – The Holiday Crowd

Une ode à la pop britannique des années 80 , des Smiths à Orange Juice en passant par Aztec Camera ou les Pale Fountains , voici ce que propose les Canadiens pour leur second album. Outre la forme qui séduira les nostalgiques , les  Holiday Crowd n’ont pas oublié d’écrire de vrais  chansons ( Bellamy , superbe ballade bossa ) et l’album contient son lot de mélodies réjouissantes et irrésistibles (Another nite , Cheer up , After the long dash pour ne citer qu’elles) . Alors certes , The Holiday Crowd regardent dans le rétroviseur et l’ensemble pourrait passer pour un exercice de style sentant le renfermé mais ça n’est pas le cas . Imran Haniff et ses complices insufflent fraîcheur et passion à leurs chansons ce qui les rend d’autant plus attachantes.

Titres favoris : Another nite / Cheer up / After the long dash / Bellamy

 

4 – 49 Swimming Pools – How the wild calls to me

Le 4ème album d’Emmanuel Tellier et de ses compères est sans doute le plus personnel et le plus attachant . Avec How wild calls to me , 49 SP nous emmène sur les traces Everett Ruess , jeune artiste et aventurier américain disparu mystérieusement dans le sud de L’Utah en 1934. Ce disque s’écoute donc du début à la fin comme on lirait un roman d’aventure (On pense évidemment à Jack London ou au jeune héros de Into the wild). Ce disque est une réussite en ce qu’il parvient  à nous immerger totalement dans le monde d’Everett  et à nous faire partager toutes les émotions des personnages de l’histoire ( Everett lui-même , ses parents , le frère Waldo )  alternant les morceaux  intimistes et émouvants  ou et les titres plus pop et superbement orchestrés tel le morceau-titre  (ah cette trompette !) , sans doute une des  plus belles chansons écrites par Emmanuel depuis le début de sa longue carrière . Outre le disque , et une adaptation théâtrale , How the wild calls to me fera également l’objet d’un documentaire prévu pour 2018. On n’a pas fini de répondre à l’appel la nature sauvage.

Titres favoris : How the wild calls to me / Have you seen our son ? / The letters , 1934 / It’s a long way home

 

 

3. Michael Head & The Red Elastic Band – Adios Senior Pussycat

Un album en forme de retour miraculeux pour l’immense Michael Head ! On avait déjà reçu quelques très belles  nouvelles encourageantes en 2013 (le ep Artorius revisited) et 2015 (le 2 titre Velvets in the dark/ Koala bears) et le revoici enfin sur long format . Inespéré . Les « pseudo meilleurs songwriters (d’Angleterre voire du monde) autoproclamés » peuvent aller se rhabiller (le père Noel , en tête ). Michael revient donc , débarrassé de ses addictions , la plume et le corps affûtés pour un album d’une grande beauté , apaisé , serein . La voix , intacte , sincère , la beauté des mélodies , la finesse des arrangements (cordes et cuivres du plus bel effet) sont au rendez-vous pour constituer une grande et belle oeuvre . Welcome back Senior Michael .

Titres favoris : Overjoyed / Winter turns to springs / Josephine / Rumer

 

2. Alvvays – Antisocialites

En 2014 , beaucoup tombaient sous le charme du premier album éponyme d’ Alvvays et de sa pop à guitare sucrée salée.  Avec Antisocialites , le charme n’est pas rompu loin s’en faut . Alvvays a gagné en maturité mais leur musique n’a rien perdu de sa candeur  , le son s’est étoffé , le propos est plus varié mais sans jamais se désunir.   Il faut dire que les Canadiens ont  le chic pour sortir des chansons qui m’obsèdent  , c’était le cas pour Archie marry me en 2014 , c’est le cas pour Dream Tonight cette année , la faute à une mélodie et un  refrain brise-coeur ( « If i saw you on the street, would i have you in my dreams tonight , tonight ? » …) et à la voix à la fois grave et ingénue de la jolie Molly.    Antisocialites recèle en outre  d’autres petites merveilles dans la même veine dream pop (Undertow , Not my baby , Saved by a waif , ) et séduisent tout autant  lorsqu’ils accélèrent le rythme  ( les  fougueux Plimsoul Punk , your type ou le sucré Lollipop (Ode to Jim)). Grand disque pop !

Titres favoris : Dreams tonight / In undertow / Not my baby / Forget about life

 

1. Brent Cash – The new high

THE NEW HIGH , le titre de l’album est loin d’être galvaudé tant ces chansons brillent haut dans le firmament pop : la production, le chant  et l’instrumentation sont juste parfaits  ,   et l’album recelle un trésor  de mélodies merveilleusement écrites et d’une classe folle.

Difficile de citer un titre en particulier tant chaque morceau constitue un ravissement pour l’oreille :  le lumineux OUT OF BLOOD  , le badin THE WRONG THING (qui nous invite à faire des claquettes sur un violon impromptu) , le parfait EVERY INFLECTION ,  le réjouissant DIM LIGHT et ses flutiaux , l’irresistible et délicat EDGE OF AUTUMN  et que dire de l’immense  THE WAY YOU WERE ( ma préférée peut-être , mon La La Land à moi ) … L’album se clôt par une très jolie ballade « Perfection comes near » , à mon humble avis , avec The New High ,  elle est largement  atteinte.

Titres favoris : Out for blood / Every inflection / The way you were / Edge of autumn et tant d’autres …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s