Michael Knight – Physics is out to get me

 

Michael Knight : si ce nom vous dit quelque chose alors c’est que vous étiez peut-être  fan de la série K2000 puisqu’il s’agit du nom du personnage joué par l’inénarrable  David Hasselhoff.  Rien à voir à priori (ou alors la subtilité du rapport m’aura échappé..) avec le Michael Knight que je vais évoquer maintenant et qui  est le projet de Richard Murphy (Chant , compositions , arrangements ), Irlandais expatrié à Berlin et de Martin Petersdorf (Batteur , compositions).

Depuis ….. 1902 (c’est la date de sortie du premier EP qui figure sur leur site Bandcamp), Michael Knight fabrique une pop de chambre décrite  comme « Un mariage mutuellement parasite mais malheureusement incontournable de l’humour noir élégant de Vladimir Nabokov et les sensibilités pop sophistiquées de Burt Bacharach ».. Voilà qui décrit assez bien ce que l’état d’esprit de leur musique et ce que l’on ressent à l’écoute de ces 13 morceaux  baroques teintés d’excentricité . Baroque donc , orchestrale également , voilà deux adjectifs qui collent parfaitement à la musique de Michael Knight . Et qui dit orchestrale dit orchestre ! Nos deux compères  se sont donc entourés d’amis musiciens pour venir enrichir le son de leurs chansons à coup de cordes , de cuivres et de (jolis)  c(h)oeurs !

 

Et le résultat est épatant ! Entre hymnes pop enthousiasmants , cavalcades  irresistibles (Physics  is out to get me, Clichés , Miss Anthropy , Sure,Call over! …) et titres plus calmes mais tout aussi réussis ( les solennels Blugh ,Life Hacks #36 and #37 , le celeste Being and snowthingness , l’adorable Hang on, i need to count the stop again) , on voyage au pays merveilleux de la pop de chambre où l’on croise pêle-mêle d’illustres fantômes du passé (Beach Boys , The Left Banke , Burt Bacharach ..) et d’estimables artistes contemporains tels The Divine Comedy (Irlande oblige …) , Belle and Sebastian ou encore les trop méconnus  Heavy Blinkers.   Je vous engage donc à  découvrir au plus vite les  fabuleuses aventures musicales  ce fier et attachant chevalier , sorte de Don Quichotte de la pop !

 

Pour en savoir et en écouter plus :  http://michaelknight.bandcamp.com/

PoPenStock#11

tumblr_static_tumblr_static_9k0k54td1w4c4oo0ko40008wg_640

Whyte Horses – La couleur originelle

Contrairement aux apparences , les Whyte Horses viennent de Manchester et fabriquent une pop délicieusement rétro haute en couleurs entre  The Go! Team  et Stereolab. On attend avec impatience la sortie de leur premier album Pop or Not de ce côté-ci de la Manche .

Beach Youth – Days   

Repérés il y a un an  sur une compilation du micro label américain Citrus City Record avec Waves (Morceau aux rythmiques élastiques imparables ) , les Normands commencent à faire des vagues (un passage sur le plateau du Petit Journal de Canal +) avec la sortie d’un EP  aux 2 titres impeccables dont ce Days qui  évoque la fougue et l’insouciance de la jeunesse des premiers The Drums.

Born Idiot – Peter Pan   

Hébergés également  par Citrus City Record , on souhaite le même destin aux Rennais de Born Idiot et à leur prometteur double single Childhood / Peter Pan  bercé d’une douce mélancolie que l’on serait bien idiots de bouder .   Leur premier album est pré-commandable ici  http://www.kisskissbankbank.com/born-idiot-premier-album-gout-vanille-fraise?ref=recent

 

ALGO – A special life

Pas très loin de Belle and Sebastian , un des titres  joliment orchestré des Parisiens ALGO extrait de leur dernier ep  The misunderstanding . Leur belle pop folk de chambre  est en écoute et en téléchargement ici https://wearealgo.bandcamp.com/

Dylan Mondegreen – Every little step

Nouveau très joli single du  talentueux Norvégien dans la lignée de ses précédentes productions ( dont le superbe album éponyme paru en 2012) . Beaucoup de douceur dans ce monde de brute …

The Artisans – Yeald to the night

Un nom qui leur va bien . The Artisans concoctent une pop »à l’ancienne » pleine de charme qui nous ramène à l’Angleterre des années 80 ( Les groupes C86 , Pale Fountains ) . Un premier album est en préparation , on le guette avec impatience .

Wild Nothing – TV Queen

Un des excellents morceaux du nouvel album de Wild Nothing . Moins référencé Sarah Record que par le passé (le son y est plus étoffé) mais toujours ces mélodies impeccables baignées d’une douce nostalgie .

 

Teleman – Dusseldorf

Nouveau single tubesque pour les ex-Pete and The Pirate ! Teleman s’apprêtent à sortir leur second long format qui  , s’il est du même tonneau que ce Dusseldorf , s’annonce très prometteur !

 

Tacotat – I hate the weekend

« I hate the weekend »clament les Tacotat sur une mélodie échevelée irresistible portée par des guitares qui fusent ! « I hate the weekend  » , j’adore !

Plume Of Feathers – Culture pub …

PlumeofFeathersQnA3

Plume of Feathers est le projet de Paul Tierney (Lonely Tourist) écossais basé à Bristol . C’est aussi le nom d’un célèbre  pub local aujourd’hui disparu  auquel il rend hommage . Accompagné de quelques amis (l’album est co-écrit avec le chanteur-guitariste Chris Webb , Brian Price des Flatmates y joue de la batterie) , Paul évoque le déclin  de la culture « pub » britannique ( Le Royaume-Uni a perdu 21.000 pubs depuis 1980, avec la moitié de ces fermetures ont lieu depuis 2006 ) en nous narrant des petites tranches de vie réellement vécues. Une chronique sociale donc dans la grande tradition des Billy Bragg et autre david Gedge.

Paru fin 2015 , le single avant-coureur  « First date  » nous avait mis l’eau à la bouche ; véritable joyau pop porté par une mélodie brillante et irrésistible dont il est difficile de décrocher. Le genre de morceau dont on tombe éperdument amoureux dès la première écoute.

Autant dire que la sortie de l’album « Plume of Feathers » était attendue avec une certaine impatience à laquelle s’ajoutait la crainte d’être déçu après cette merveille de  premier rendez-vous .

Craintes vite balayées après quelques écoutes de ces 17 morceaux qui , s’ils n’ont pas pour certains  l’immédiateté pop de First date , révèlent leur charme au fil du temps.  C’est le cas des nombreuses balades accoustiques chantées ou parlées (certains morceaux accompagnent des commentaires ou témoignages ) qui émaillent l’album tel le très beau Lovely jean , le goûteux Fine wine (… un petit côté Libertines mais avec un Pete Doherty qui aurait appris à chanter ..) ou  le délicat Dons Wake (qui ne dépareillerait pas sur disque de Richard Hawley).

Dans un registre différent , on dodeline sur le tubesque The bar from the Halt et l’impeccable Davie’s leaving do dont l’ électronique discret  nous replonge dans les 90’s. Comment ne pas succomber non plus au chouette Lock in et son tempo enlevé très 60’s ,  ou encore à l’enivrant Gin Palace People. On danse même la gigue sur  le folk Aways Fans (chanson de fan de Foot , évidemment). Enfin , mention spéciale et personnelle au formidable Anders from Iceland et ses 3 minutes de bohneur pop mélodique.

Outre son talent d’écriture et d’arrangement , soulignons que pour ne rien gâcher Paul Tierney possède un très joli grain de voix et un chant impeccable . Un grand crû long en bouche  à savourer  longtemps !

 

L’album est en écoute et en téléchargement ici  https://plumeoffeathers.bandcamp.com/album/plume-of-feathers